Erledanz - musique traditionnelle de la frontière franco-allemande

La Lorraine, située à la frontière franco-allemande, un pays de collines, de champs et de petits villages endormis: Au début du vingtième siècle, l'abbé Louis Pinck y a assemblé les chansons traditionnelles de sa collection "Verklingende Weisen", d'où sont tirés presque tous les morceaux de notre programme. Des extraits se trouvent au page avec les informations sur nos → CDs .

"Parmi les garçons du village, le héro était celui qui savait le plus de chansons." "Vetter Nikles, le ménétrier de Gebenhausen, ... se glorifiait de n'avoir pas une seule tuile sur le toit qu'il n'avait pas gagnée avec son violon." (Louis Pinck, "Verklingende Weisen", tome 1, 1926)

On prétend souvent que Louis Pinck a traduit en haut allemand les textes de chansons qu'il entendait en Lorraine et les a ainsi falsifiés. Il est possible de vérifier immédiatement si cela est vrai. Louis Pinck et ses collaborateurs ont réalisé des enregistrements sur des rouleaux de cire dans les années 1930. Certains de ces rouleaux de cire ont survécu et ont été numérisés pour le compte du Deutsches Volksliedarchiv de Freiburg. La qualité du son est médiocre après environ quatre-vingt-dix ans, mais il est fascinant de constater qu'il est encore possible d'entendre certains des anciens chanteurs qui étaient la source de Louis Pinck.


Trois examples:

→ DVA_WW_188 Russlandlied, enregistré en 1931, paroles: "Ist es denn wirklich wahr, wie man hat vernommen? Dass so viele tausend Mann sind nach Russland kommen."

→ DVA_WW_190 Das Lied vom Sterben, "Verklingende Weisen", tome 3, page 207, enregistré en 1933, paroles: "Jetzt fängt das schöne Frühjahr an, bald fängt das schöne Frühjahr an und alles fängt zu blühen an."

→ DVA_WW_193 Ehestandslied, "Verklingende Weisen", tome 1, page 227, enregistré en 1930, paroles: "Hört allesamt, was ich erklär! Wo kommet denn der Ehstand her? Merket auf mit Fleiss! Er ist von keinem Menschen nit, Gott hat ihn selber eingericht im Paradies, im Paradies."